Les poissons chats chassent les pigeons [video]

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. alexdeparis dit :

    Alalala pauvre silure, il est toujours la cible des reportaires à sensation….

    Histoire de remettre les choses à leurs places et de donner quelques références :

    Le silure glane (silurus glanis) appartient à la famille des siluridés. Il est originaire de l’Europe centrale : à l’état naturel, on le rencontre dans le réseau hydrographique actuel et passé du bassin du Danube du sud de la Suède au nord des Alpes et vers l’est jusqu’à l’Oural : Danube, Dniepr, Volga et affluents des mers Noire, Caspienne, Baltique, Aral, et lacs de Morat, Neuchâtel, Bienne et Constance. Il est intéressant d’observer que dans ces milieux, il n’a causé aucun déséquilibre écologique et cohabite parfaitement depuis toujours avec de nombreuses autres espèces, y compris de carnassiers comme le sandre, originaire des mêmes régions.

    Des données paléontologiques montrent que l’espèce faisait partie de l’ichtyofaune française dans le bassin du Rhône avant d’être éliminée par les glaciations. Le silure a donc déjà été présent dans notre pays il y a très longtemps. Le réchauffement climatique qui a suivi (10 000 av. JC) et l’existence d’interconnexions entre, d’une part, des tributaires de la mer Noire et de la mer Caspienne et d’autre part ceux de la mer Baltique et de la mer du Nord lui ont permis de rapidement coloniser le Nord de l’Europe.

    Une première vague d’introductions hors du bassin danubien semble avoir eu lieu dès le Moyen-Age (lacs de Suisse), suivie par une deuxième période débutant vers 1800, et se poursuivant actuellement. Plusieurs piscicultures françaises ont tenté des introductions de silures à la fin des années 1960 notamment en Alsace et en Bresse. Les effets combinés de ces introductions et des dégradations du milieu d’origine anthropique ont induit un décalage de l’aire de distribution vers le Sud et le Sud-Est de l’Europe (Italie, Espagne). (« Biogéographie du silure glane : causes hydrographiques, climatiques et anthropiques » SCHLUMBERGER O., SAGLIOCCO M., PROTEAU J.P. Bull. Fr. Pêche Piscic., 2001, 357-360 : 533-547).

    Il n’est pas inutile de rappeler que le silure est loin d’être la seule espèce introduite en France : environ 1/3 des espèces piscicoles présentes dans notre pays aujourd’hui ont été introduites !!! On y trouve notamment la carpe (depuis l’ère romaine), la truite arc en ciel, le carassin, l’omble de fontaine, l’amour blanc, le sandre, le black-bass, etc

    Par ailleurs contrairement aux apparences et à ce que croient de nombreux pêcheurs, le silure n’a aucun lien de parenté avec le poisson chat (lctalurus melas), famille des ictaluridés, qui est lui d’origine nord américaine.

    LE SILURE N’EST PAS L’OGRE QUE CERTAINS VOUDRAIENT DECRIRE

    Le silure est un poisson discret qui doit sa taille imposante à sa longévité ( environ 40 ans ). Un jeune silure de 80 cm a déjà entre 4 et 5 ans, un sujet d’1,60m a, lui, environ 12 ans, alors qu’un poisson géant de 230 cm à la trentaine…

    Un silure adulte entre 1 et 2,50m grossit d’environ 3 à 4 kg /an en milieu naturel (selon diverses études, dont celle Tanzilli / Caillère Université de Lyon),

    Le silure absorbe sa nourriture par phase, et peut rester de grandes périodes avec une activité alimentaire réduite. Il a été constaté lors de prélèvements stomacaux, que l’estomac était le plus souvent vide. Il mange du poisson et d’autres créatures vivantes ou mortes (mollusques, insectes, amphibiens, crustacés, mammifères, oiseaux ; on a même trouvé des ragondins et des cormorans…), les mollusques notamment rentrant pour beaucoup dans son menu. Ce poisson est opportuniste et se focalisera, lorsqu’il est affamé sur une denrée facile à trouver et en bonne quantité dans la rivière. C’est en particulier un bon régulateur de la brème, et même du poisson chat. Mais pas des caniches ni des baigneurs comme certaines rumeurs le laissent croire !!!

    Les silures adultes consomment des proies différentes des autres prédateurs, la niche alimentaire des Silures adultes recouvre peu celles des autres poissons piscivores et la compétition alimentaire est somme toute limitée. Une compétition peut toutefois exister entre les silures juvéniles et d’autres carnassiers comme le sandre (beaucoup moins avec le brochet) mais nos grandes rivières restent suffisamment riches en poisson fourrage pour absorber cette compétition. La niche alimentaire du Silure était jusque là restée vacante, ceci est un des éléments qui permettent d’expliquer la réussite du Silure dans notre pays (« Le Silure glane, Biologie, Colonisation et Impact », 1998, Philippe TIXIER, Maîtrise de Biologie de l’Université Paris IV).

    • Rincevent dit :

      Wow, ça c’est du commentaire!

      Disons que la cible c’est surtout cette nouvelle forme de prédation. Attraper des oiseaux reste une adaptation stupéfiante.
      (après je cache pas que le silure traîne des légendes terribles, même dans ma région…)

  2. alexdeparis dit :

    Le taux de transformation pour le Silure, est d’environ 10% en rivière, ce qui donne un ordre d’idée de 50 kg/an maximum de nourriture ingérée, pour un silure adulte, ce qui est relativement peu. Et les poissons ne constituent qu’une partie de cette alimentation, qui comprend de nombreux invertébrés (coquillages, écrevisses notamment).

    Des relevés piscicoles réalisés sur la Seille (une des premières rivières colonisées par le silure en France) en 1986-1987 ont montré des populations de poissons équilibrées, avec des proportions de sandres et de brochets ne semblant pas déficitaires. De même, d’autres données de campagnes de pêche, tant dans les zones où le Silure est présent depuis longtemps que sur les réseaux fluviaux où le Silure y est autochtone, comme par exemple le Danube, montrent des populations équilibrées, où les poissons fourrages sont présents en quantité importante par rapport aux populations de carnassiers. Les données sur les pêches professionnelles aux engins nous montrent que dans le bassin Rhodanien, les cyprinidés et les poissons de fond ne sont pas en déficit, seules les populations d’écrevisses et de poissons chats étant notées en disparition du fait de la prédation du silure. (Sources : « le Silure glane dans la Seille », 1987, CEMAGREF-CSP ; ou « La pêche aux engins dans le bassin du Rhône – Saône Statistiques 1988 – 2001 » ; ou encore « Le Silure glane, Biologie, Colonisation et Impact », 1998, Philippe TIXIER, Maîtrise de Biologie de l’Université Paris IV) On peut observer qu’il existe ainsi de multiples exemples de rivières où la cohabitation déjà ancienne avec le silure se passe bien, tant en France qu’à l’étranger : Seine, Rhône, Lot, Tarn, Volga, Rio Ebre…de même que dans certains lacs comme celui de Saint Geniez d’Olt en Aveyron très riche en carnassiers, carpes et silures. Toutes ces données démontrent que le silure ne cause aucun déséquilibre écologique majeur dans les eaux où il est présent. Il faut toutefois préciser qu’il s’agit là de rivières et fleuves parfois importants, la situation pouvant bien entendu être différente dans un plan d’eau fermé de petite taille ; à ce titre, l’exemple cité par la Fédération de Mayenne porte sur un plan d’eau de seulement 4 hectares qui, de toute évidence, n’est pas adapté à la présence du silure ; cet exemple est sans aucun fondement pour en tirer des conclusions générales sur l’impact du silure dans l’ensemble des milieux français, et notamment sur la Mayenne. Au contraire, tout démontre que les craintes des ravages du silure sur la faune aquatique ne sont pas scientifiquement fondées mais qu’elles sont probablement dues à son régime alimentaire varié, mais surtout à sa taille et à sa morphologie.

  1. 9 avril, 2015

    […] tout, pourquoi pas. Les poissons chats chassent bien les pigeons dans une adaptation naturelle à leur […]

  2. 30 juin, 2016

    […] Pas mal de courage, d’autant plus quand on sait que les poissons chats sont capables de chasser des animaux comme les pigeons… […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!