BLACK 2.0 une peinture acrylique super noire




Partager sur:

L’artiste britannique Stuart Semple a mis au point une peinture acrylique super noire à un prix abordable appelée BLACK 2.0.

Il a collaboré avec des artises du monde entier pour développer ce produit qui peut être expédié dans le monde entier à la différence de la couleur la plus noire du monde de Surrey NanoSystems Vantablack S-VIS qui est à base de pigment vantablack. Un pigment très cher et qui ne peux qu’être difficilement envoyé en dehors du Royaume Uni.

BLACK 2.0 est non toxique, sent la cerise, et coûte une quinzaine de dollars le flacon de 150 ml.

With just one coat almost any object (even really shiny ones) become super-black and reflect next to no light, giving a fantastic black hole type effect.

Quelques images de l’utilisation de cette peinture acrylique super noire:
(plus d’infos sur Culture Hustle ici)

BLACK-2-0-une-peinture-acrylique-super-noire-1 BLACK 2.0 une peinture acrylique super noire

BLACK-2-0-une-peinture-acrylique-super-noire-2 BLACK 2.0 une peinture acrylique super noire

BLACK-2-0-une-peinture-acrylique-super-noire-3 BLACK 2.0 une peinture acrylique super noire

BLACK-2-0-une-peinture-acrylique-super-noire-4 BLACK 2.0 une peinture acrylique super noire

Par comparaison, voici Vantablack S-VIS:

BLACK-2-0-une-peinture-acrylique-super-noire-5 BLACK 2.0 une peinture acrylique super noire

BLACK-2-0-une-peinture-acrylique-super-noire-6 BLACK 2.0 une peinture acrylique super noire

BLACK-2-0-une-peinture-acrylique-super-noire-7 BLACK 2.0 une peinture acrylique super noire

BLACK-2-0-une-peinture-acrylique-super-noire-8 BLACK 2.0 une peinture acrylique super noire

BLACK-2-0-une-peinture-acrylique-super-noire-9 BLACK 2.0 une peinture acrylique super noire

Source Bored Panda ici.

Vous aimerez aussi:

Blessé en violant un bonhomme de neige
Les body-painting d'organes et d'animaux de Gesine Marwedel
20 tatouages de films d'horreurs
32 enfants et parents au même âge
Kinetoscope - fresque à 360° - street art
Les photos de rues de Radu Mihai Iani

Leave a Reply